Quel chantier !

Salut, mes p’tits Chatmallows,

Aujourd’hui, je suis choquée. Outrée. Scandalisée. Outrecuidée. Ici, tout va mal. Et tu me connais : je n’exagère ja.mais ! Je ne comprends pas ce qui ne tourne pas rond chez l’Humain. Je sais qu’il n’arrive pas à aller au-delà de ses 10% du cerveau. Mais en dépit de ce postulat de départ navrant, j’ai envie de dire : WHAT THE FUCK MIAOU ?

Je t’explique. 

Il y a quelques temps, j’ai vu ré-apparaître mon Entrepreneur préféré. J’étais d’autant plus ravie qu’il (re)venait bien chez nous et qu’il a investi la salle dite La Chambre d’Ami. J’aime beaucoup cette salle. Du vivant de mon Titi, c’était notre salle de jeu. Aujourd’hui, c’est tout simplement ma chambre principale (je cède la secondaire à mon Humain de compagnie : j’ai horreur qu’elle dorme sur mon lit, mais je n’ai jamais réussi à la convaincre de dormir sur le tapis ou dans son panier… pourtant, c’est elle qui les a choisis l’un et l’autre… alors POURQUOI EST-CE QU’ELLE REFUSE D’Y COUCHER ?!).

Quand j’ai vu l’Entrepreneur qui prenait des mesures, je me suis esquivée en pensant que l’Humain allait transformer la Chambre d’Ami en temple à ma gloire. Je voulais avoir la surprise (et surtout, la camionnette de l’Entrepreneur est toujours pleine de joujoux formidables !).

J’ai voulu marquer le coup quand l’Humain a commencé à débarrasser le mobilier. J’ai pécho un de ses sacs, que j’ai traîné jusqu’au milieu de la pièce pour lui montrer que je laissais faire mais qu’il fallait voir de ne pas oublier qui commande, dans cette maison.

Mais dans le fond, j’étais touchée qu’elle pense à faire des travaux juste pour moi. Je lui ai même donné un coup de patte en débarrassant le grenier de souris qui s’étaient installées (on en reparlera, de cette histoire !).

Et là, le drame.

Tout d’abord, l’Entrepreneur est arrivé avec un autre Humain, qui est là pour travailler avec lui. Ils se sont mis au travail tout de suite en m’ignorant superbement. Et je n’ai pas tardé à découvrir le pot aux roses… L’Humain fait une salle de bain. Laisse moi te le redire : L’HUMAIN FAIT UNE SALLE DE BAIN.

Fait zoologique intéressant : l’Humain est incapable de se suffire à lui-même, en particulier pour ce qui a trait à l’hygiène. Il est par ailleurs terriblement empoté, puisqu’il commence par se recouvrir d’une substance nommée « savon » (une sorte de lessive) avant de l’ôter à l’aide d’une eau qui lui coule dessus dans ce qu’il appelle une « douche ». Il peut aussi lui arriver de prendre un bain, et dans ces cas-là, il se fait littéralement macérer (il s’assaisonne volontiers d’huiles essentielles).

Je considère qu’il est de mon devoir d’offrir à un Humain des conditions de vies aussi proches que possibles de celles de son environnement naturel. J’accepte donc beaucoup de concessions, y compris que nous ayons une chose aussi primitive qu’une salle de bain à la maison. Mais faut pas non plus pousser Salem dans les orties, merde Miaou !

Dans un premier temps, j’ai décidé de marquer le coup en disparaissant. Ce qui a contribué à inquiéter fortement mon Humain, sans pour autant la faire renoncer à son funeste projet. J’ai ensuite compris que la désertion était la porte ouverte aux abus. A mon retour, j’ai effectivement constaté que l’Entrepreneur avait déplacé non seulement les gamelles mais aussi le bac.

Là, j’ai pris la décision de sévir. J’ai braillé jusqu’à ce qu’il panique et alerte l’Humain, en l’informant que j’étais vraisemblablement en train de décéder (il faut admettre que j’ai un talent sublime : personne ne décède de façon aussi éclatante que moi !). L’Humain a vécu un moment de solitude pour lui expliquer que ça n’allait pas être possible (cependant, la dignité de l’Humain m’importe peu). S’il a vraiment besoin de passer, il monte un échafaudage, il construit un pont ou il se met en lévitation… bref ! il se démerde pour contourner, mais on ne touche ni à la graille, ni à la caisse à crottes, bordel Miaou !

Aujourd’hui, je suis donc en mode « tour de contrôle ». Du chantier à la camionnette, je suis partout. Je dois aussi faire part de mon mépris le plus profond à mon Humain. Autant dire, que je suis au taquet. Mais je ne lâche rien. L’Humain non plus, d’ailleurs : elle refuse toujours de modifier le projet et d’en revenir à mon idée de Temple à La Gloire de la Mignoncitude. Par contre, je sens bien que l’Entrepreneur commence à tourner bourrique. Ce n’est que le 2ème jour et il n’est même pas midi… JE KIFFE !

3 réflexions sur “Quel chantier !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s