Putain d’humains !

Salut, mes p’tits Chatmallows,

je préfère annoncer la couleur : je ne suis pas jouasse. La faute à l’humain, bien sûr. Je suis au bout du bout. Sérieusement. Certains jours, je regrette tellement de l’avoir adoptée que j’envisage d’aller la perdre en forêt.

Je le sais, pourtant : l’humain de compagnie reste une créature extrêmement primaire.

Tu lui donnes le coussinet, il te mange la patte. Comme un humain est benêt, on le trouve mignon, on baisse la garde et là, c’est le drame.

Dans la mesure où je n’ai qu’une confiance mitigée en l’humain (10% du cerveau, tu te souviens ?), je garde un oeil sur ses faits et gestes. En particulier quand elle flâne sur Facebook. Elle déniche toujours de ces miaouries ! La dernière fois, elle a trouvé la vidéo d’une humaine qui dressait son Mignoncidé de type félin. Elle a essayé avec moi. AVEC MOI. Si ce n’est pas faire offense à mon intelligence, ça ! Enfin, ça a été vite réglé.

Elle m’a dit : – Salem, couchée.

Je lui ai répondu : – Raaaaouh ouah miaou !

Ce qui peut se traduire par : – Redis-moi ça encore une fois et tu vas décéder de mort totalement cruelle et non naturelle, Humain ! (vu son incapacité à traduire notre langage sophistiqué, je ne suis pas certaine qu’elle ait compris le propos, mais de toute évidence, elle a capté l’idée générale).

En ce moment, c’est bien simple : je dois gueuler en permanence pour me faire respecter.

Tiens : tu te souviens de la sombre histoire de la salle de bain ? Au départ, c’est vrai, j’ai pensé que cet aménagement n’avait aucun intérêt. En fait, j’adore cette pièce. Pourtant, la salle de bain respire la mesquinerie de l’humain.

D’abord, elle a fait installer des sécurités sur les robinets. JE NE PEUX PAS LES OUVRIR !!! Ensuite, elle a installé une jolie maisonnette toute vitrée, avec un immense bac et quand elle se douche ELLE ME FERME LA PORTE AU NEZ !!! Pour les robinets, il est trop tard. Mais crois-moi, je kiffe de me coller à la paroi en verre et de hurler à la mort pendant qu’elle se lave. Tous les jours. TOUS. LES. JOURS. Et je peux hurler très fort et très longtemps. Je pense qu’elle va céder avant la fin de la semaine. De toute façon, ce sera ça ou des anti-dépresseurs. Et nous le savons elle et moi : les anti-dépresseurs, ça n’empêche pas un Mignoncidé de hurler.

Et sa dernière lubie… le co-working. A la base, la charte est pourtant claire. Je cite :

6.3 L’Humain de compagnie veillera à ne pas empiéter sur le temps qu’il doit accorder au Mignoncidé, lorsqu’il se livre à une activité professionnelle. La dite activité professionnelle ne saurait être tolérée qu’à la condition expresse qu’elle servira à financer les croquettes et les jouets du Mignoncidé.

Voilà que maintenant, l’humain travaille ailleurs. Avec d’autres humains. Et soi-disant, dans un lieu inadapté aux Mignoncidés. Je me suis dis que j’allais tenter d’apaiser les tensions et de coopérer. Tu sais quoi ? Ce soir, quand elle est rentrée, mon sac puait l’odeur d’un autre Mignoncidé. Et pas n’importe quel sac : MON SAC PRÉFÉRÉ !!! Celui-là :

 

Je ne me suis pas abaissée à réclamer des explications. Je me suis contentée de me jeter sur ses mollets. Avec le froid, cette truffe porte des jambières.

Fait zoologique intéressant : déjà fortement handicapé par un cerveau qui ne fonctionne qu’à 10% de ses capacités, incapable de se toiletter tout seul, l’humain doit aussi s’habiller. Avec d’aussi faibles capacités intellectuelles, on ne pouvait guère s’attendre à ce qu’il trouve une réponse adaptée. Il se glisse donc dans des morceaux de tissus, ce qui semble très inconfortable.

J’en étais où ? Ah ! Oui ! Les jambières. J’en ai plein les crocs : ça bouloche et ça n’a même pas de goût. Comme j’avais faim, j’ai fini par lâcher l’affaire et réclamer ma pâtée. Elle a l’air soulagée. C’est oublier un peu vite que j’ai de la mémoire.

Tes mollets et toi, on va en reparler l’été prochain, humain ! Et en terminant cet article, je commence à me chauffer la voix. Elle va être animée, la douche, crois-moi. Je vais te lui miauler un véritable opéra, ce soir. En grattant plus que jamais ses précieuses parois en verre !

Je suis la vengeance. Je suis la nuit. Je suis Batman Salem.

Copyright : Salem (collection personnelle)

Une réflexion sur “Putain d’humains !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s