Charte éthique

Ce contrat a pour but de régir tes rapports avec ton Humain de Compagnie, et tu t’engages par conséquent à l’imprimer dans ton esprit et à ne tolérer aucun manquement de la part de l’Humain.

La Charte Ethique du Mignoncidé

Article n°1 – Espace vital

L’Humain de compagnie s’engage à respecter l’espace vital de son Mignoncidé.

1.1 Un espace réduit lui sera alloué sur le lit du Mignoncidé, qui autorisera ponctuellement son humain à partager cet espace avec un conjoint à la condition expresse que le dit Mignoncidé s’installera entre les 2, et ce, afin de remédier à toute vie sentimentale et sexuelle.

1.2 Un espace réduit pourra également lui être alloué dans le salon du Mignoncidé, qui autorisera son Humain à recevoir d’autres Humains à la condition expresse qu’ils resteront debout ou qu’ils s’installeront par terre (en dehors du tapis, réservé à l’usage exclusif du Mignoncidé), et ce, afin de remédier à toute tentative de vie sociale et familiale.

1.3 En outre, l’usage des WC et de la salle de bain sera ponctuellement autorisé à l’Humain de compagnie, à condition que ce soit toujours en présence et sous la surveillance du Mignoncidé.

Article n°2 – Biens et Propriétés

L’Humain de compagnie s’engage à respecter les biens et propriétés du Mignoncidé.

2.1 Tout objet se trouvant sous son toit devient la propriété exclusive et définitive du Mignoncidé. Cela s’applique notamment aux plantes vertes, bibelots, livres, DVD, vaisselle, couverts, meubles, tapis, rideaux, contenu du réfrigérateur, contenu de l’assiette de l’Humain, de sa tasse de café, et comprend par ailleurs les savons, allumettes, éponges de la maison (liste non exhaustive).

Aucun objet ne pourra être rangé et/ou déplacé sans l’autorisation expresse du Mignoncidé.

2.2 Tout stylo, feutre, crayon sera immédiatement remis au Mignoncidé, sous peine d’être confisqué par le dit Mignoncidé, qui se réserve le droit de les stocker dans un lieu connu de lui seul.

2.3 Tout vêtement est la propriété exclusive du Mignoncidé, quelle que soit sa valeur (sentimentale ou réelle) et quel que soit son état (neuf, repassé ou soigneusement rangé). Le Mignoncidé se réserve le droit de se coucher sur le linge mouillé pour se rafraîchir, de se pendre aux vêtements pour se divertir, ainsi que celui de mettre en pièce customiser un vêtement pour exprimer sa créativité. Aucune exception ne sera faite pour les pièces de type haute couture vintage, quand bien même la pièce en question représente le seul investissement modesque de l’Humain de compagnie, et quand bien même il aurait vendu un rein pour se l’offrir.

2.4 Tout sous-vêtement sera à la disposition du Mignoncidé, qui pourra notamment l’emporter afin de le déposer dans la salle de bain des voisins, et ce en passant d’ailleurs par un balcon à la vue de tout le voisinage.

Article n°3 – Droit à la dignité

L’Humain de compagnie s’engage à renoncer à toute dignité par respect envers son Mignoncidé.
L’Humain renonce aussi à toute individualité lorsque le Mignoncidé estime qu’il a besoin de ses services.

3.1 L’Humain renonce définitivement à toutes ses capacités intellectuelles. Il s’engage à s’exprimer en priorité pour s’extasier sur la Mignoncitude du Mignoncidé, à photographier la Mignoncitude du Mignoncidé, à promouvoir auprès du monde la grandeur exceptionnelle de la Mignoncitude du Mignoncidé.

3.2 Toute conversation et toute pensée déviant de ce programme seront fermement réprimandées par le Mignoncidé, qui s’accorde le droit d’interrompre une conversation en face à face ou par téléphone avec des hurlements déchirants, qui ne manqueront pas de laisser à penser qu’on l’égorge et qu’il est urgent d’alerter la SPA, apportant la honte et le déshonneur à l’Humain qui lui manquerait de respect.

3.3 Le Mignoncidé dégage toute responsabilité face aux grands moments de solitude que son humain de compagnie pourra traverser. En contrepartie, l’Humain de compagnie sera libre de faire une petite dépression nerveuse, aussi longtemps qu’il assume ses devoirs les plus élémentaires : remplir la gamelle du Mignoncidé en temps et en heure, vider son bac, ainsi que tous les autres engagements détaillés dans le présent document – étant établi que le Mignoncidé s’accorde aussi le droit d’en improviser de nouveaux.

Article n°4 – Responsabilité

L’Humain de compagnie sera tenu pour personnellement responsable de toute contrariété pouvant survenir dans le quotidien du Mignoncidé, ceci incluant le temps qu’il fait, l’agressivité notoire des radiateurs ou d’un aspirateur, le manque de conversation des coussins ou la présence intempestive et non-justifiée de murs sur le chemin du Mignoncidé (liste non-exhaustive).

En outre, il est de la responsabilité de l’Humain de veiller à l’intégrité physique du Mignoncidé sans le contrarier. Ainsi, le Mignoncidé sera libre de se coucher dans le tambour d’une machine à laver le linge ou de se jeter dans un poêle à bois plein de braises : à charge de l’Humain de gérer la situation sans heurter la sensibilité morale du Mignoncidé, quitte à annuler le lavage du linge ou à se brûler au 25ème degré.

Article n°5 – Clause de confidentialité

Si le Mignoncidé venait par une inadvertance tout à fait impossible et totalement improbable à se placer en situation drôle voire ridicule, l’Humain de compagnie s’engage :
  1. à ne pas rire
  2. à ne pas prendre de photo
  3. à ne pas divulguer l”épisode à qui que ce soit

Tout écart sera considéré comme un grave manquement à l’article 3 en rapport au droit à la dignité du Mignoncidé, qui se réserve le droit de prendre les initiatives qui s’imposent afin de punir & recadrer son Humain de compagnie. Les sanctions pourront aller de la mise à sac de la maison de la cave au grenier, en passant par le sabotage de tout appareil électrique doté d’un câble et d’une prise ou d’un croche-pied délibéré dans les escaliers (liste non exhaustive).

Article n°6 – Disponibilité

L’Humain de compagnie s’engage à avoir pour seule priorité de servir le Mignoncidé.

6.1 L’Humain de compagnie s’appliquera à contempler le Mignoncidé pendant qu’il mange ses croquettes ou lorsqu’il lui fait l’honneur de faire une crotte, avec une admiration réelle et non dissimulée, sous peine d’enfreindre l’article 3 relatif au droit à la dignité du dit Mignoncidé.

6.2 L’Humain de compagnie se tient à la pleine et entière disposition du Mignoncidé, afin d’intervenir de manière efficace et immédiate lorsque le dit Mignoncidé sera coincé sous un meuble, au sommet d’un meuble ou la tête dans un meuble (liste non exhaustive). L’Humain de compagnie aura à coeur d’intervenir de manière à ne pas enfreindre : l’article 3 relatif au droit à la dignité du Mignoncidé et l’article 5 relatif à la clause de confidentialité.

6.3 L’Humain de compagnie veillera à ne pas empiéter sur le temps qu’il doit accorder au Mignoncidé, lorsqu’il se livre à une activité professionnelle. La dite activité professionnelle ne saurait être tolérée qu’à la condition expresse qu’elle servira à financer les croquettes et les jouets du Mignoncidé. Par ailleurs, si la dite activité professionnelle venait à réveiller le Mignoncidé pendant ses horaires de récupération ou à obliger l’Humain de compagnie à s’absenter, l’Humain devra présenter des excuses que le Mignoncidé sera libre de refuser.

6.4 L’Humain de compagnie est la propriété exclusive du Mignoncidé. Cela implique que le dit Mignoncidé a le droit d’user de son humain afin de se faire les griffes, de se faire les dents, ou de l’utiliser comme substitut d’arbre à chat ou comme proie dans ses exercices de chasse (liste non exhaustive).

6.5 L’humain de compagnie s’engage à offrir un support confortable au Mignoncidé lorsque ce dernier souhaite s’installer sur ses genoux, sur son épaule ou sur sa tête (cette dernière option impliquant également le droit du dit Mignoncidé à se pendre dans les cheveux de son humain).

La Communauté des Mignoncidés se réserve le droit de modifier cette charte ponctuellement et sans préavis, en fonction de sa fantaisie.

Rédigé en 1 seul exemplaire, imprimé ce-jour dans l’esprit du Mignoncidé – l’acceptation pleine et entière de cette Charte par l’Humain de Compagnie allant de soi et n’étant par conséquent pas jugée nécessaire.

Publicités